EUR 19,90
  • Alle Preisangaben inkl. MwSt.
Nur noch 1 auf Lager (mehr ist unterwegs).
Verkauf und Versand durch Amazon.
Geschenkverpackung verfügbar.
Menge:1
Ihren Artikel jetzt
eintauschen und
EUR 0,04 Gutschein erhalten.
Möchten Sie verkaufen?
Zur Rückseite klappen Zur Vorderseite klappen
Anhören Wird wiedergegeben... Angehalten   Sie hören eine Probe der Audible-Audioausgabe.
Weitere Informationen
Dieses Bild anzeigen

La Legion - Avec le 2e REP au coeur des crises internationales - Mémoire d'un légionnaire (Französisch) Broschiert – 29. Oktober 2012


Alle Formate und Ausgaben anzeigen Andere Formate und Ausgaben ausblenden
Amazon-Preis Neu ab Gebraucht ab
Broschiert
"Bitte wiederholen"
EUR 19,90
EUR 19,90 EUR 9,20
26 neu ab EUR 19,90 2 gebraucht ab EUR 9,20
Jeder kann Kindle Bücher lesen — selbst ohne ein Kindle-Gerät — mit der KOSTENFREIEN Kindle App für Smartphones, Tablets und Computer.


Produktinformation


Mehr über den Autor

Thomas Gast versteht als Autor von Sachbüchern und Romanen die Leser in seinen Bann zu ziehen. Sein Werdegang und außergewöhnlicher Erfahrungsschatz zeigen sich in seinen Büchern - Führungspositionen in der französischen Fremdenlegion, Sicherheit-Close Protection in Riad/Saudi Arabien, Sicherheitsmanagement auf Haiti und Ship Security Coordinator im nahen Osten sind herausragende Stationen seines Lebens. Speziell die französische Fremdenlegion, in der er fast 20 Jahre gedient hat, bedeutet für ihn "gelebt zu haben." Er hat Romantik ebenso wie alle Grausamkeiten dieser Erde am eigenen Leib erfahren und er besitzt das Wissen um Völker, Naturgewalten, um Kultur, um Liebe und Hass. Thomas Gast hat viele Menschen und ihre Eigenheiten in Schwarzafrika, in Brasilien oder auch in einem Bergdorf auf Korsika kennengelernt. Das eigene Überleben, geplagt von Hunger und Durst, in totaler Erschöpfung und mit den tiefen Gefühlen von Schmerz und Einsamkeit, schenkte ihm einen besonderen Weitblick. In seinen Büchern steckt das wahre Leben und er beschreibt Dinge wie kein Zweiter. Jedes einzelne Wort riecht nach Abenteuer - wer könnte besser über einen Protagonisten berichten, der durchkommt und überlebt, als der, der selbst diese Stiefel trug.

Produktbeschreibungen

Über den Autor und weitere Mitwirkende

A la fois récit d'aventure, autobiographie et pensées de Thomas Gast. L’auteur est un écrivain allemand né le 30 mai 1961. Il a servi 17 ans au sein de la Légion étrangère (2ème Régiment étranger de parachutistes / 3ème régiment étranger d’infanterie). "La Légion - Avec le 2ème REP au cœur des crises internationales" est un livre très personnelle et objectif.

Leseprobe. Abdruck erfolgt mit freundlicher Genehmigung der Rechteinhaber. Alle Rechte vorbehalten.

[...] Le légionnaire d’aujourd’hui est un soldat formé à la perfection. Il s’agit d’un professionnel avec une compréhension technique, qui sait s’y prendre aisément avec les systèmes d’armes les plus modernes. Il est robuste, mentalement fort car volontaire, extrêmement motivé et absolument discipliné. C’est un spécialiste. Selon son choix porté sur la forme d’engagement ou sur l’arme, il sera parachutiste, tankiste, pionnier ou fantassin. Suivent des formations spécifiques, cuisinier, tireur d’élite, secrétaire, nageur de combat, infirmier, saboteur, musicien, soldat d’état-major, conducteur, chasseur alpin ... La liste se poursuit indéfiniment. Peu importe qu’ils soient pionniers ou parachutistes, cuisiniers ou nageurs de combat: ce sont tous des combattants. Et s’il faut, d’excellents combattants! De nombreux livres ont déjà été écrits sur la Légion, mais aussi beaucoup d’absurdités. Je ne suis pas non plus à l’abri d’écrire des bêtises, mais j’ai un énorme avantage: j’y étais, j’y suis resté jusqu’au bout, pendant dix-sept ans! J’ai quitté la Légion par l’entrée principale, avec fierté et de la mélancolie dans le coeur. Mes recherches s’appellent souvenirs. Souvenirs de comment j’ai vécu la Légion de 1985 jusqu’en 2002. Je n’ai pas explicitement l’intention de glorifier la Légion étrangère. Je n’userai de critiques que si elles sont justifiées, et j’agirai de la même façon concernant les éloges et la reconnaissance. Si ces dernières prédominent: c’était tout simplement comme cela! On m’a souvent posé la question: Comment est-elle, la Légion? Il me venait toujours à l’esprit cette seule réponse. Au début: Un groupe d’hétéroclites à la recherche d’un idéal commun. Au cours du temps: Efficacité. Puissance de combat. Sans aucun doute la meilleure machine de guerre du monde, qui, partout où elle apparait, laisse des traces. Des traces de générosité, de justice et de tolérance, des traces d’un professionnalisme absolu, de camaraderie et de quelque chose, qu’on appelle de l’autre côté du Rhin “Die Liebe zur gut vollbrachten Arbeit”, c’est-à-dire la tendance à vouloir bien faire son travail ou aussi la volonté de se consacrer aux tâches données avec amour et ardeur. Après: Il n’y a pas d’après. Une fois légionnaire, toujours légionnaire! Pour en venir au fait avec un seul mot. Bravo! [...] Pour la première fois depuis son existence, le régiment participait à une opération des casques bleus. Beaucoup parlaient ici d’un risque élevé et que la Légion ne pourrait jamais arriver à surmonter quelque chose de similaire! Cependant, dès les premiers jours de notre présence dans les Balkans, ces critiques se turent peu à peu et cessèrent quelques semaines plus tard. Le régiment montra avec brio ce dont une unité de parachutistes de la Légion étrangère était capable. L’élément précurseur se composait de tous les représentants des compagnies de combat, de l’état-major, et du soutien. Nous avions environ deux semaines pour préparer l’arrivée du régiment, chacun dans son domaine. Il s’agissait principalement pour moi ainsi que pour Jacque (un bon ami, Autrichien et sous-officier adjoint de la quatrième section) de garantir la prise en charge des logements, de toutes les munitions et de l’équipement complémentaire spécifique. Cela signifiait naturellement aussi de réfléchir à la future mission des sections, qui se trouvaient encore à Calvi, car dès que nos hommes mettraient le pied sur cette terre, les premières missions devaient déjà les attendre. Il n’y aurait pas de phase de transition ... S’installer, prendre une douche, manger et s’orienter, c’étaient des choses à faire plus tard! [...] L’aéroport de Sarajevo, contrôlé par l’artillerie serbe, qui avait disposée ses pièces sur le Mont Igman et toutes les hauteurs significatives autour de la ville, ressemblait à une forteresse assiégée. Il y avait partout des sacs de sable empilés, des bunkers d’observation, des postes de combat renforcés et des barbelés. Sarajevo était encerclé! La situation dans laquelle le régiment se trouvait était loin d’être confortable, car au début, nous ne disposions pas d’armes lourdes comme des mortiers, etc. En cas de prise à partie, ce qui devint le cas quotidiennement, les Rules Of Engagement (ROE) stipulaient de manière absurde de ne contre-attaquer que si les dommages devenaient quasiment irrévocables. Nous n’avions le droit de ne tirer qu’en cas de légitime défense et uniquement si l’adversaire était identifié, si nous reconnaissions clairement l’ennemi comme tel. Cela posait naturellement, tout bien pesé, des problèmes de nature psychologique.

Kundenrezensionen

Noch keine Kundenrezensionen vorhanden.
5 Sterne
4 Sterne
3 Sterne
2 Sterne
1 Sterne

Ähnliche Artikel finden